INTERVIEW : Rencontre avec Bastian Baker

6 commentaires

Véritable star en Suisse grâce à son premier album « Tomorrow may not be better », Bastian Baker arrive enfin en France ! Actuellement en première partie des concerts de Nolwenn Leroy, il fera aussi celle de Johnny Hallyday très prochainement. Nous l’avons rencontré dans un hôtel parisien lors de sa venue chez nous.

JustMusic.fr : Pour commencer peux-tu te présenter et nous parler de tes débuts en Suisse ?

Bastian Baker : Salut tout le monde, je m’appelle Bastian Baker, je suis suisse et j’ai 20 ans. J’ai commencé à faire de la musique très jeune, à l’âge de 7 ans en apprenant la guitare. Je ne viens pas d’une famille d’artistes car mon père était un professionnel du hockey sur glace et ma mère enseignante. J’ai aussi joué au hockey pendant de nombreuses années car c’est un sport très populaire chez nous contrairement à la France (sourire). J’avais plus un parcours de sportif sachant que j’ai fait sport étude, mais j’ai toujours été passionné de musique. Je compose énormément depuis que je suis tout petit, et puis j’ai été découvert par un producteur en mai 2010. Il a décidé de produire mon album et depuis 1 an et demi tout ce qui m’arrive est génial ! En Suisse, tout est allé très vite et aujourd’hui, on arrive en France avec cet album qui est disponible depuis le 7 mai (sourire).

JustMusic.fr : Comment t’es tu fait remarqué pour être produit en France ?

Bastian Baker : Comme en Suisse ça marchait bien, je me suis dit pourquoi ne pas tenter quelque chose en France. Je suis une personne qui aime bien relever des défis, donc on s’est lancé. J’ai joué au festival MaMa à Paris et c’est là que j’ai été découvert par Fabrice Nataf, qui désormais s’occupe de moi en France. C’est drôle car le son n’était pas bon et j’avais l’impression que je n’intéressais personne, mais ça a marché (sourire). Fabrice a envoyé le disque à Gilbert Coullier qui est notamment le tourneur de Johnny Hallyday et de Céline Dion, et en à peine trente minutes, il a été emballé et a voulu me signer. J’ai par la suite participé à l’émission « Taratata » qui m’a permis de me montrer à la télévision française et aujourd’hui je suis en interview avec toi (sourire).

JustMusic.fr : Pourquoi avoir appelé ton album « Tomorow may not be better », c’est un peu négatif ?

Bastian Baker : C’est clair que c’est un peu négatif, mais, au fil du temps, ça a pris une tournure plus positive (sourire). Chacun connaît des périodes meilleures que d’autres et pour moi, c’était pendant mes 18 ans, et pas mal de chansons datent de ce moment de ma vie. J’avais l’impression que je vivais en stagnant  sans vraiment savoir ce qu’était la vie. Je me suis posé beaucoup de questions et je me suis demandé ce que je pouvais faire pour vivre dans de meilleures conditions. « Tomorrow may not be better » a été mon premier constat dans le début de ma réflexion. Du coup, je m’étais dit que si un jour, je pouvais faire un album, je l’appellerais comme ça. Mais désormais je vois les choses plus positivement, et « Tomorrow may not be better » est devenu une manière de vivre. On ne sait pas de quoi est fait demain, donc il faut profiter d’aujourd’hui.

JustMusic.fr : Tu étais en showcase au Réservoir à Paris le 28 mars dernier, comment ça s’est passé ?

Bastian Baker : C’était mon premier vrai concert à Paris et ça s’est vraiment super bien passé. Il devait avoir 300 personnes et pas mal d’invités et j’ai eu un super accueil. J’avais fait pas mal de promo durant la journée, et le soir j’étais bien à l’aise, je me suis bien marré.  Les gens étaient hyper agréables et dans l’ambiance, j’en redemande (rires) !

JustMusic.fr : Tu es actuellement en première partie de Nolwenn Leroy à travers la France, comment es-tu accueilli par son public ?

Bastian Baker : Nolwenn est une personne adorable et ce qui est génial, c’est qu’elle m’a choisi d’elle-même pour assurer ses premières parties. C’est très gratifiant pour moi de le savoir car je n’ai pas été imposé. C’est vraiment une artiste incroyablement talentueuse, et de commencer ma carrière ici avec l’artiste française qui a vendu le plus de disques l’année passée est vraiment génial pour moi. Je chante dans des grosses salles de 3 000/4 000 personnes et je dois convaincre un public qui n’est pas le mien. C’est un défi, mais ça me plait de le relever (sourire). Pour le moment, ça se passe vraiment super bien et on vend pas mal d’albums à la fin des concerts. Je suis franchement content et honoré de faire ce bout de chemin avec Nolwenn.

JustMusic.fr : Combien de titres interprètes-tu ?

Bastian Baker : Quand je joue en première partie, je fais 6 ou 7 titres pendant à peu près une demi-heure. Je me produis en guitare voix pour un set acoustique. Je m’adapte et je change les titres suivant les soirs pour ne pas tomber dans une routine.

JustMusic.fr : Les 13, 14 et 15 décembre, il y aura l’Olympia, ça te fait quoi de te produire dans cette salle mythique ?

Bastian Baker : C’est clair que c’est vraiment une salle mythique, mais j’ai le temps d’y penser sachant que c’est encore loin (rires). Je suis content car on va y rester 3 soirs donc j’aurai le temps de bien en profiter. C’est super gratifiant et cool de pouvoir jouer à l’Olympia et je pense que ça va être très jouissif !

JustMusic.fr : Tu vas également chanter en première partie de Johnny Hallyday le 2 juin prochain à Genève, c’est la consécration ?

Bastian Baker : (sourire), Oui c’est vraiment génial ! Johnny est une idole du rock et un modèle de longévité. C’est vraiment rare qu’un artiste puisse se réinventer et durer comme ça. Je vais chanter devant 30 000 personnes au stade de Genève, ça va être un super défi et quelque chose d’incroyable ! Si on m’avait dit, il y a un an et demi que je chanterais en première partie de Johnny à Genève, j’aurais rigolé. C’est une chance inouïe et pour ça, je ne peux que remercier toutes les personnes qui travaillent pour et avec moi !

JustMusic.fr : Pourquoi avoir choisi le titre « Lucky » pour démarrer ta carrière en France ?

Bastien Baker : « Lucky » est une chanson très particulière pour moi car je dis dans ce titre que je suis content et c’est très difficile d’écrire une chanson positive. Elle n’était pas du tout prévue pour l’album à la base, je l’ai terminée 2 jours avant de rentrer en studio. Ma mère m’avait dit qu’elle la trouvait jolie, mais bon c’est ma mère (rires). Je l’ai faite écouter à mon équipe et tout le monde a été emballé. On l’a sorti en Suisse alors que je n’étais pas encore connu, le titre était disponible en téléchargement gratuit sur mon site Internet et a été envoyé en radio. En 2 semaines, ça a été l’euphorie et le titre est rentré en fortes rotations en radio. C’était hallucinant car, au bout de deux semaines, je me suis retrouvé de rien à entendre mon morceau dans ma voiture à la radio (rires). C’est pour ça que c’est vraiment la chanson de mes débuts et j’ai voulu perpétuer l’histoire en la sortant aussi en premier single en France.

JustMusic.fr : De quoi t’inspires-tu pour écrire et composer ?

Bastian Baker : Je n’ai pas de sujets de base et de prédilection sur lesquels j’aime particulièrement écrire, et je ne suis pas politiquement engagé ou quoi. J’écris mes textes selon mon humeur du jour, le plus important est que je ne le fasse pas pour ne rien dire. Dans l’album, il y a très peu de chansons d’amour car j’en ai une vision assez négative (sourire). Il y a deux chansons « Love machine » qui parle de prostituées et « Song about a priest » qui parle d’amour interdit. Globalement le thème que j’aborde le plus facilement, c’est le temps qui passe car c’est ce qui me fait peur. Quand tu as du temps, tu réfléchis, et quand tu réfléchis, tu penses au sens de la vie et ça a vite tendance à t’enfoncer. Chaque chanson a son histoire et a été écrite pour une raison particulière. « Colorful hospital », le premier titre de l’album, est issu d’un rêve. J’ai rêvé du titre et de la mélodie, puis quand je me suis réveillé, j’ai mis le texte. C’est pour cette raison qu’il est un peu abstrait et que chacun peut l’interpréter de sa manière même si le fond reste le même. Chaque morceau a sa propre anecdote, son histoire et c’est ça que je trouve important. Je n’arrive pas à composer en me posant à une table, c’est un moment que tu dois ressentir, avec une espèce d’alchimie qui doit se créer. Je suis incapable de composer une mélodie et d’écrire un texte 6 mois plus tard. Pour moi, ça doit être le résultat d’un moment, et tout doit se faire dans le même laps de temps.

JustMusic.fr : Ton album est entièrement en anglais, vas-tu chanter en français ?

Bastien Baker : C’est une grosse interrogation (sourire). J’ai vraiment été élevé avec des musiques anglophones, sachant que mes parents écoutaient beaucoup Led Zepelin et Queen. Cependant, j’adore le français et c’est une langue que j’affectionne particulièrement. J’avais même commencé des études de français et d’histoire à l’université car je voulais être journaliste. J’ai un problème car pour le moment, je n’arrive pas à trouver sa musicalité et c’est vraiment dur. Lorsque je chante en français, je me sens bête et inutile, je ne dois pas encore avoir l’âge ou la maturité nécessaire pour écrire dans cette langue. Je pense que ça viendra plus tard, je découvre de plus en plus d’artistes français et j’adore ! Mon manager était fan du groupe Noir Désir, du coup, il m’a fait découvrir et j’en suis fan aussi. L’anglais pour moi est vraiment chatoyant et j’arrive mieux à m’exprimer comme ça. J’arrive à mieux faire passer les choses en anglais, ce n’est pas par choix mais plus par ressenti.

JustMusic.fr : En mars 2012, tu as remporté ton premier prix aux Swiss Music Awards dans la catégorie « Best breaking act », qu’as-tu ressenti en allant le chercher ?

Bastian Baker : C’était ma première année dans le monde de la musique et franchement c’était génial ! Je ne suis pas trop porté par tout ça, mais là en l’occurrence, c’était celui de la révélation de l’année. C’est vraiment quelque chose que tu peux gagner qu’une seule fois ! Par rapport à l’année écoulée, à ma famille, à mes amis et toutes les personnes qui travaillent avec moi, c’était une façon de remercier tout le monde et c’était une victoire d’équipe ! Ce qui était hyper impressionnant est que sur les deux artistes qui étaient nominés en face de moi, je faisais la première partie d’un des deux il y a trois mois. Je n’y  pensais pas, c’était vraiment un très bon moment mais plus pour les autres que pour moi (sourire).

JustMusic.fr : Après la Suisse, tu t’attaques aujourd’hui à la France, quelle est la suite pour toi ?

Bastian Baker : Je suis toujours avec la même structure, on essaye un peu de travailler différemment de ce qui a été fait auparavant pour le marché français. Pour le moment, je suis très content de la manière dont ça se passe. Sinon, j’ai fait mon premier concert en Allemagne il y a quelques jours et on va essayer de mettre ça en parallèle. On a une sorte de ligne de conduite, et ce sont des valeurs. Jusqu’à maintenant, on a fonctionné aux rencontres et aux opportunités. Je crois beaucoup au destin, car pour moi tout fait partie de tout et il n’y a rien d’anodin. On avance dans cette mentalité, on va essayer de marcher en France, en Allemagne et, pour la suite, on verra (sourire).

Retrouvez Bastian Baker sur Facebook ou sur Twitter.

Un petit clic pour JustMusic ?

Vincent KHENG

268 796
partages
Vincent Kheng ( 6870 articles )

Rédacteur en chef










6 réponses à INTERVIEW : Rencontre avec Bastian Baker

  1. Julien dit :

    merci encore pour cette interview de Bastian !!! :-)

  2. gigi dit :

    super article
    Bastian parle avec son coeur,de nos jours c’est rare de voir un jeune,de 21 ana parler de lui avec toute simplicité,sans fards, être soi-même et c’est ce qui fait son succès,toujours disponible avec son public jeunes et moins jeunes
    bravo gigi

  3. Carla dit :

    Bastian Baker, c’est juste le meilleur, c’est tout ! :)

  4. Stella dit :

    Bastian Baker, la simplicité et un talent éblouissant =)
    On t’aime Bastian !
    XXXX
    Stella=)

  5. Angelyssa dit :

    Just Bastian et son immense amour pour la musique !!! Ce sera une MEGA ROCK STAR dans quelques années s’il reste pareil ! J’ai pas peur car il n’oublira pas là ses débuts en Suisse puis la France !! Enjoy Bastian on n’a qu’une vie et il faut la vivre !! Bisous d’une French FAN !!

  6. julie H dit :

    Bonjour Bastian , je t’adore et je trouve que tu es vraiment beau gosse !!! Merci vraiment pour ce que tu fais, tu as vraiment beaucoup de talent.

    On viendra te voir en concert à marseille le 7 juin avec ma maman et ma grande soeur. Tu te doutes qu’on a déjà les places!!!!!!!!!!!!!

    julie 11 ans et Fan de toi !!!

    J’espère que tu auras la gentillesse de me signer un autographe en souvenir de ce jour que j’attends avec impatience.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée.


*

SOYEZ LES PREMIERS À DÉCOUVRIR L'ACTUALITÉ MUSICALE EN NOUS REJOIGNANT SUR NOS RÉSEAUX SOCIAUX !





« Tout commence aujourd’hui », le nouveau single d’Hélène Ségara écrit par Jean-Jacques Goldman !

1033

Hélène Ségara est enfin de retour avec un nouveau single...

« Jusqu’à l’ivresse », le nouveau single inédit de Vincent Niclo !

841

Depuis 2 ans, Vincent Niclo ne cesse de triompher...

Patrick Fiori au Zénith de Paris : Nous y étions !

814

Patrick Fiori est actuellement en tournée pour nous présenter les...

Amel Bent, Kendji Girac et la jeune génération sur un album de reprises de Charles Aznavour

761

Ces derniers temps on ne compte plus le nombre...